• Accueil
  • > Passez un été romanesque !

Passez un été romanesque !

« Il trônait sur un nuage d’or… le paradis l’attendait… » 

L’été fait rêver de plages au sable blanc bordées de pins parasols ou de cocotiers, de randonnées main dans la main en amoureux, de soleil dans le ciel et plus encore dans le cœur. Mieux qu’un catalogue de voyages lointains, offrez-vous une évasion, sereine quoique frémissante, en feuilletant notre roman.

  rve.jpg

Des matinées pleines de promesses 

Vous connaîtrez de clairs matins où, sous un ciel radieux, l’air sent déjà la violette, où l’on trouve aux paysages un air pimpant, où chacun fait des rêves d’aventure qui conduisent vers de verts pâturages… des heures lumineuses où les sentiers, sillonnant entre mer, ciel et marais, tracent des chemins d’amour à travers des espaces baignés d’eau, de brise légère et de poésie, recélant, au hasard d’un détour, des bouquets d’ajoncs propices aux étreintes cachées… 

Des après-midi torrides 

Vous passerez des après-midi torrides où des femmes, voluptueusement exposées aux caresses des vagues rafraîchissantes, semblent n’aspirer qu’à d’autres caresses ; où, sirènes au pouvoir mystérieux, elles vous entraîneront, ensorceleuses, dans les eaux cristallines de leurs yeux aux reflets d’azur ; où des mâles aux regards brûlants et aux chemises en shirting jaune paille, puiseront dans leur silhouette athlétique leur puissance de séduction, vous invitant à aller toujours plus loin… 

Une soif inextinguible 

O temps, suspends ton vol !… Les peaux bronzées donnent l’envie de croquer à même la chair comme dans une pâte sablée croustillante et chaude. Les dents étincelantes font désirer goûter sur des lèvres gourmandes des fruits aux saveurs épicées.En ces heures-là, les baisers ont la fraîcheur d’un punch ambré bu à l’ombre de palmes aux mouvements lascifs…   

 Quand tout s’apaise 

 A l’heure où se répand le silence de la tombée du jour, que les reliefs frappés d’une lumière oblique prennent une douce couleur ocrée, alors que les versants opposés sont baignés de creux d’ombre, vous croiserez des bêtes, lasses des premières chaleurs mais heureuses de s’être gavées d’herbe verte, regagnant lentement leurs étables, d’un pas accordé à cette suspension du temps qui permet à chaque être de se recueillir quand le soleil semble se retourner avec regret sur sa carrière et freiner sa course en une dernière bénédiction à la Création. 

Soirées et nuits fiévreuses 

Viendront alors le charme troublant des soirs parfumés où les Helen ont des allures de fleurs aux exhalaisons entêtantes, se balançant au gré de la brise marine et n’attendant que d’être cueillies avant que tombe la nuit ; puis la fièvre des sorties en boîte où les hommes contemplent, comme hypnotisés, des danseuses troublantes, si proches et si inaccessibles ; enfin l’envoûtement des nuits câlines où les Michael et même les William aux cheveux argentés se brûlent au contact de leur bien-aimée comme à un tison ardent et déploient des trésors d’invention pour vous faire perdre la tête. 

Mais prenez garde !

Il est des punchs enivrants et des fleurs vénéneuses…  Il est aussi des romans qui empêchent de dormir ! 

Laisser un commentaire