Fontaine de Jouvence : mythe universel

Pirates_des_Caraibes_la_Fontaine_de_Jouvence_affiche  p.358

Comme s’il buvait à une fontaine de jouvence

Cette seconde occurrence de la Fontaine de Jouvence, à propos du baiser échangé entre William, 50 ans, et Jennifer, 30 ans, n’est pas un artifice littéraire. Par-delà le symbole du baiser vu comme un transvasement de la jeunesse de l’une dans le cœur et le corps de l’homme mûr, elle veut rappeler que l’amour a le pouvoir de rajeunir un être et de le rendre, en quelque sorte, immortel, car l’amour ne se conçoit qu’éternel, jaillissant toujours aussi ardent et nouveau comme une source intarissable.

*

Les mythes, là-dessus, sont aussi multiples que concordants. Chez les Romains, Jupiter transforme Nauplie, la nymphe Jouvence, en une fontaine au pouvoir régénérateur, dans laquelle Junon, s’y baignant tous les ans, retrouve sa virginité. Chez les Germains, Odin consent à perdre un œil pour pouvoir boire, à la fontaine de Mímir, l’eau du savoir, de la connaissance et de la prophétie. Chez les Celtes, le récit de la Bataille de Mag Tured parle d’une fontaine où les fidèles de la déesse Dana trempaient les blessés, lesquels guérissaient grâce aux nombreuses plantes médicinales placées là par le dieu-médecin Diancecht, et pouvaient ainsi dès le lendemain combattre à nouveau  

Au Moyen-Orient, alors que la Genèse décrit l’eau jaillissant au pied de l’Arbre de Vie au centre de l’Eden, la tradition préislamique évoque une « fontaine de vie », située dans les régions polaires, hyperboréennes, lieu supposé du paradis. Alexandre le Grand l’aurait cherchée, sans pouvoir la trouver, par manque de patience, et en serait mort à 33 ans, tandis que Khizr (l’Homme vert), aurait trouvé sans chercher, ce qu’Alexandre le Grand a cherché sans trouver.

Selon des écrits espagnols du XVIe siècle, ce serait, en cherchant les eaux de Bimini pour guérir son impuissance sexuelle, que l’explorateur Juan Ponce de León découvrit la Floride, où l’on situa dès lors la fontaine de Jouvence, encore que d’aucuns la placent dans le golfe du Honduras ou aux Bahamas. Ce dont, de nos jours, se fait écho le film Pirates des Caraïbes. Mais c’est sans compter avec les Indiens Piute de l’Utah qui la revendiquent, quoiqu’il se pourrait qu’elle coule au Japon dans l’île des centenaires, Okinawa. Vous pouvez plus sûrement la trouver en forêt de Brocéliande, sous le nom de Fontaine de la fée Viviane, sachant que, pour bénéficier de ses vertus, il faut se lever tôt pendant sept jours et boire l’eau merveilleuse entre le coucher de la lune et le lever du soleil après avoir marché jusqu’à elle…pieds nus !

 Fontaine-Jouvence

A défaut d’être, symboliquement ou réellement, un élixir de longue vie censé conférer l’immortalité ou l’éternelle jeunesse, la Fontaine de Jouvence a été source d’inspiration pour bien des artistes : par exemple dans Le Jardin des délices, le triptyque de Jérôme Bosch (1504), ou dans le tableau peint par Lucas Cranach en 1546, qui illustre cet article.

On y voit, à gauche, dans un paysage rocheux et aride, des femmes vieilles, décrépies, ridées, flasques, parfois invalides, transportées sur des chariots, des brouettes ou des civières, jusqu’au bord de la fontaine. Une fois déshabillées, un médecin en robe rouge constate les dégâts de l’âge, seins tombants et ventres vergetés. Au centre, dans l’eau, se déroule le processus de rajeunissement progressif : les peaux verdâtres redeviennent roses, les rides disparaissent, les corps se raffermissent, les seins se redressent. Et voilà qu’au sortir du bain, sur la berge opposée, de vieilles paysannes se transforment en demoiselles de cour, vêtues d’atours de couleurs vives, s’adonnant avec insouciance aux plaisirs de la vie : festin, danse, musique et jeux amoureux, dans un paysage florissant, celui du royaume de la jeunesse éternelle.

fontaine-de-jouvence_1199701790

Ah ! soupirez-vous, si seulement cette fontaine existait ! Ainsi en juge La Fontaine (!):

Grand dommage est que ceci soit sornettes 
Filles connais qui ne sont pas jeunettes
A qui cette eau de Jouvence viendrait
Bien à propos

*

Vous remarquerez cependant que le pilier de la fontaine, qui achemine l’eau de la source vers le bassin, est orné de sculptures de Vénus et d’Amour. Elles montrent qu’il ne s’agit pas là uniquement d’une fontaine de jouvence mais plutôt d’un puits d’amour, et que la force du sentiment est bien la véritable source de jeunesse éternelle. Ainsi se justifie la comparaison de notre roman : « Sa réponse à ces mots d’amour passa dans un baiser plein de vénération, […], dans les pressions de ses doigts qu’il avait glissés sous sa nuque comme s’il buvait à une fontaine de jouvence ». Ce à quoi Jennifer répond : « Jamais je ne te remercierai assez pour cette virginité que tu m’as rendue ».

Laisser un commentaire