L’amour : une eau de Jouvence

180px-Youth_fountain_MGEt_Inv39564 p.275

Non pas qu’elle agisse comme une eau de Jouvence, de l’extérieur

 Ô jouvence éternelle ! Qui n’a pas rêvé de toi ? Qui n’a pas ressenti le soif inextinguible de goûter à ta source pour retrouver sa jeunesse, se refaire une virginité en se lavant de toute souillure, ou se ressourcer auprès de toi pour y puiser des forces nouvelles ?

 Y a-t-il là le souvenir, la nostalgie, de l’Eden où, au pied de l’Arbre de Vie, jaillissait une source d’eau vive, se divisant en quatre fleuves chargés de répandre en abondance sur la Création les grâces divines ? Faut-il y lire le désir inconscient de retourner dans les eaux du sein maternel afin d’y renaître ? Toutes les cultures parlent de cette eau primordiale, à l’origine de la vie, sur laquelle souffle l’Esprit ; toutes en font le moyen de la purification rituelle, car de même que l’eau précède la création, de même elle préside à la recréation ; tous les lieux sacrés ont un point d’eau : que l’on songe à Delphes, où l’eau de la Castalie donnait son inspiration à la Pythie, au puits de Jacob, où Jésus promet à la Samaritaine une eau qui revêt un sens d’éternité, ou à Lourdes, où coulent des grâces de guérisons. Une eau toute spirituelle.

                                                                                                                           a1ebb2f6b0b7c3611baf07b8c0f5d0c5

 A cette aune, nous pouvons mesurer combien notre civilisation matérialiste est loin d’une telle vision ! Comme un écho abâtardi du mythe de l’eau de Jouvence, nous parvient aujourd’hui l’incessante incitation à la recherche effrénée du jeunisme, qui espère dans les miracles de la pharmacopée, de la chirurgie esthétique et des progrès de la génétique, censés inverser le processus de vieillissement. Vous pouvez, au choix, essayer le bain de siège, le vinaigre de cidre, l’argent colloïdal, la jouvence de l’abbé Soury, ou la recette de la reine Elisabeth de Hongrie, qui, au 14ème siècle, prit un alcoolat de romarin pour soulager les infirmités et les douleurs de son grand âge, et dont le résultat fut miraculeux puisque, âgée de plus de 70 ans, elle retrouva une telle vigueur que le Roi de Pologne la demanda en mariage !

Et encore boire le nectar des dieux, ambroisie, soma, hydromel ; l’eau de Hunza, dans l’Himalaya, qui vous évitera cancer, rhumatismes et caries dentaires grâce à son potentiel zêta et à ses nanocolloïdes, ou l’eau bio-dynamisée qui repousse les radicaux libres par ses électrons libres, à l’exemple de celle, découverte par Arsène Lupin, dans La Demoiselle aux yeux verts de Maurice Leblanc, qui devait ses vertus au « bombardement d’atomes vivifiants et miraculeux » du radium ; et toutes autres eaux, riches en oligo-éléments, dont la teneur, en bicarbonate maintient le pH cutané, en manganèse cicatrise, et en sélénium, antioxydant, maintient l’élasticité des tissus. Sans omettre les pommades qui apaisent les peaux les plus tiraillées, hydratent, rajeunissent, satinent…

                                                                                                                                 fontaine-presles-faites-voir-magnifiques-fontaines_461976

Comme le laisse entendre William, dans notre roman, ces recettes agissent de l’extérieur. Tandis que ce qui le fait renaître, le lave de son passé et lui rend l’enthousiasme perdu, vient de l’intérieur, du charme, entendu comme vertu ‘magique’, qui émane de Jennifer. Il en va de même pour la jeune danseuse, qui, dans le regard ébloui du quinquagénaire, retrouve une virginité de sentiment. L’eau de Jouvence, ici, porte le nom d’amour : un amour pur, aux vertus vivifiantes, capables de purifier et régénérer les cœurs les plus desséchés.

« Le vieil éléphant, dit un proverbe africain, sait où trouver de l’eau ». Que cherche-t-on en effet dans le désert ? Un mirage ? Une citerne d’eau croupie? Non, un puits. Un point d’eau auprès duquel le corps se désaltère et se repose dans ce petit paradis qu’est l’oasis, mais aussi où l’âme assoiffée peut s’abreuver en songeant à l’eau de la sagesse, de la beauté et de l’amour. Et pour les plus mystiques, qui aiment à contempler le jet d’eau qui anime le centre du jardin, du patio ou du cloître, à cette source mystérieuse, intarissable, pure et fraîche, ‘qui jaillit en vie éternelle’.

Laisser un commentaire