• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive pour janvier 2013

Les secrets d’Helen et saint Marc

Lundi 21 janvier 2013

Les secrets d’Helen et saint Marc dans Interventions de l'auteur jugementdernier1-217x300   Epilogue

  Ainsi sont ensevelis bien des secrets, du moins aux yeux des hommes.

Les lecteurs de notre roman se rappelleront la lettre laissée par Helen sur son bureau, dans laquelle elle proclame son amour, « son unique amour, depuis toujours », pour Michael Brown, le mari de sa meilleure amie, Cathy. Elle y avoue aussi avoir tué par amour pour lui.  La mort de son amant lui ôte sa seule raison de vivre, au point qu’elle écrit : « J’aspire de tout mon être à ce moment bienheureux qui me fera te rejoindre définitivement ». A la fin du texte, elle dépose sur le papier un baiser, qui imprime de son rouge à lèvres la forme d’un cœur. Puis, traçant le dessin de l’alliance sertie de brillants qu’elle avait achetée pour sceller leur amour, elle signe « Helen Brown ».

Ce moment désiré arrive dans les heures qui suivent, alors que, prise en bouclier par le chef mafieux, Mr. Edouard, elle tente d’échapper à sa poigne tout en détournant l’arme du truand. Mais ce dernier parvient à tirer et la touche mortellement. A l’inspecteur Peterson, qui se penche vers elle, elle fait promettre de ne rien dire à Cathy de tout ce qu’elle a caché à son amie, et, repensant à la lettre qu’elle a laissée chez elle, murmure dans un dernier souffle : « ma lettre… il faut… ». Elle ne peut achever, mais l’officier comprend qu’il faudra la faire disparaître. Aussi, au moment de bénir sa tombe, laisse-t-il discrètement tomber une boule de papier, ensevelissant ainsi les secrets d’Helen, « du moins aux yeux des hommes ».

Ce « du moins » restrictif fait allusion au passage de l’évangile selon saint Marc (4,22) où il est dit : « Rien de voilé qui ne doive être révélé ; rien de caché qui ne doive être connu ». L’évangéliste a en vue la manifestation totale du plan divin, éclairant toute l’histoire humaine, du commencement à la fin, mais on interprète souvent cette parole en pensant au Jugement dernier où, devant tous, chacun sera jugé en toute vérité et transparence, où rien ne restera caché des pensées, des actes, et des motivations qui auront échappé même aux intéressés.

Si j’osais, je dirais, en écho à l’article du 11/08/10 « Il n’y a pas de secrets que le temps ne révèle », que cette révélation plénière au terme de l’histoire sera, pour les fans de romans policiers, le dénouement le plus attendu et le plus surprenant qui se puisse concevoir ! Imaginez, d’un côté, des milliards d’être humains, impliqués dans de complexes intrigues à rebondissements, chacun porteur de milliers de cachoteries, chacun plus ou moins responsable ou coupable de leurs conséquences directes et de dégâts collatéraux ignorés  d’eux-mêmes ; et de l’autre, les anges, imperturbables, déroulant le grand Livre des comptes et lisant, à la lumière et sous la loupe les plus puissantes qui soient, des myriades de récits où la simple réalité dépassera la plus époustouflante fiction !

Le blogue et ses Rois Mages

Dimanche 6 janvier 2013

Le blogue et ses Rois Mages dans Interventions de l'auteur 308yu89-300x225 Le premier jour de l’an 2011, ce blogue voyait son 15 000ème visiteur ; la nuit de Noël 2011 son 30 000ème ; la nuit du 4 août 2012 son 40 000ème ; l’Epiphanie 2013 son 50 000ème. Quinze mille en un an, puis dix mille en six mois, cela représente 1500 visites par mois : une progression étonnante, qui me ravit bien entendu et qui suppose des amis fidèles.

Quelle lumière les guide jusqu’à lui ? Qu’y trouvent-ils ? Peu laissent des commentaires pour le dire. Mais il se trouve que les articles les plus lus puisent leur suc dans le terroir d’une culture aux multiples aspects, qu’on aurait pu croire rébarbatifs dans les temps d’inculture que nous traversons. Pourtant la caravane de ces mages anonymes s’allonge et leur visite assidue prouve que le goût des belles lettres n’est pas tout à fait perdu. Cela  constitue pour moi un présent « royal » !

Bien qu’il me soit impossible d’imaginer, un par un, ces milliers de lecteurs qui me resteront inconnus, je remercie chacun du réconfort que sa visite m’apporte. Cependant Aimer… et mourir devra un jour ou l’autre céder la place au livre suivant : quatre volumes dont l’histoire se déroule en presqu’île de Guérande. Non qu’il soit près de paraître, mais il est arrivé au point où il réclame un travail encore plus intense : ce sont deux mille pages à structurer, dans lesquelles tailler, auxquelles donner un rythme, pendant que des spécialistes de la Brière et des marais salants en vérifieront l’exactitude. D’autant que, conjointement à ce travail, je serai associé à la préparation du premier salon du roman policier qui  aura lieu, début juin, au Lavandou.

Je tâcherai néanmoins d’animer ce blogue, tout en pensant déjà à une autre présentation, en même temps que le roman serait mis en ligne. Que cette année nouvelle renouvelle votre intérêt pour la lecture en général et vous garde fidèle à celle de ce blogue !