Archive pour mars 2010

Lecture à la loupe

Dimanche 28 mars 2010

loupe.jpg

Il n’est pas étonnant que des amateurs de romans policiers trouvent plaisir à examiner, avec un soin minutieux du détail, comme le fait tout enquêteur soucieux de suivre la piste de suspects, la moindre précision descriptive : qu’elle ait trait à la topographie, au décor, aux horaires, à la tenue vestimentaire, au portrait physique, et bien plus encore au caractère.

J’en veux pour preuve l’extrême minutie du Club de lecture 44 dont vous trouverez le relevé exhaustif concernant la maison des Brown dans les « Pages ». Un tel travail de recherche ressemble à celui d’un secrétaire de plateau, cet auxiliaire indispensable du metteur en scène de cinéma et de télévision chargé de noter tous les détails techniques et artistiques de chaque prise de vue. Il rappelle l’auteur à une vigilance de tous les instants… comme il appert dans la seconde conclusion !

En témoigne aussi le triple succès remporté par l’avis de recherche lancé par Jean-Pierre : le premier est le nombre important de ceux qui veulent coopérer à son enquête sur Whitehorse, le lieu du crime ; le deuxième est que, parmi ces réponses, se rencontrent des lecteurs qui, par le fait du blog, ont fini par faire en quelque sorte connaissance et se lier d’une certaine sympathie ; le troisième est le défi relevé par quelques dames de passer en revue la garde-robe des divers personnages.

Je suis donc tout heureux de vous renvoyer, dans la catégorie « les Pages », à l’article : La maison victorienne des Brown.

 

10000ème visite…

Dimanche 7 mars 2010

d.jpg

Il y a deux mois à peine, c’était à qui serait le 8000ème à écrire un commentaire : la barre des 9000 est déjà dépassée. Le vent souffle dans les éoliennes ! Si l’on extrapole, le mois de mai pourrait voir les dix mille visites. Soyez vigilants : l’heureux ou l’heureuse dix millième, qui doit laisser un commentaire pour être identifié, se verra offrir la relation de mon voyage en République Dominicaine : 300 pages pour 3000 Km. Auquel sera joint un DVD de 750 photos. 

A cette occasion, je vous fais part d’un avis de recherche lancé par l’un d’entre vous. Le Club de lecture de Loire-Atlantique a fait des émules. Il semble bien que les investigations visant à relever les indices de la réalité dans laquelle s’inscrit la fiction du roman requièrent désormais un travail d’équipe ! 

Au programme, pour l’instant : 

- Réservés : La maison sise au 20 Becket Street et le cottage des North Downs. 

- A qui les autres appartements et les tenues vestimentaires des différents personnages ? 

Avis de recherche 

Permettez-moi, cher Monsieur, en reprenant contact après plus de six mois avec ce blog dont j’ai été un fidèle pendant plus d’un an, de m’étonner de sa longévité et de l’intérêt que continuent de lui porter vos lecteurs, et sans doute des curieux attirés, je l’espère, par l’originalité de ces échanges. Quelle n’a pas été ma stupeur de constater qu’il atteint 9000 visites ! Celui qui aurait la patience de lire les 30 pages de commentaires, les 80 articles, et autres pages serait ahuri de la somme de réflexions accumulées. 

Je crois que je vais réunir moi aussi une petite équipe, du genre club de lecture 44 qui s’est octroyé la maison du banquier, équipe qui se donnera comme objectif de fouiller tout ce qui a trait au cottage de Whitehorse. Avis donc à Isabelle et à Valentine, qu’il m’est arrivé d’égratigner !, nous nous réservons ce point bien précis du roman : le lieu de crime !!! Pourquoi ne feraient-elles pas la revue des garde-robes de ces dames ?! 

Pour ceux qui veulent se joindre à moi : passez par le blog, l’auteur fera suivre, merci. Rendez-vous donc vraisemblablement d’ici trois semaines. 

Jean-Pierre, dit le Psy 

Ambiance feutrée

Lundi 1 mars 2010

book.jpg     cylender.jpg

 Puisque l’on parle « détails de documentation », permettez-moi de vous dire tout le plaisir que j’ai eu en lisant, oh ! un tout petit passage, mais qui m’a rappelé l’intérieur de la maison d’une charmante amie anglaise : le salon de Becket Street. 

 La corniche donnant un éclairage indirect est typiquement Art Déco, ainsi que les vitraux aux fenêtres ; à quoi s’ajoute le charme vieillot des portes vitrées de bibliothèques en petit bois laissant apercevoir les reliures ; il ne manque que les lampes à abat-jour sur les guéridons à thé ceinturés d’une galerie ajourée et les tables gigognes pour créer l’ambiance « cocoune bonbonnière » ! 

 guridon.jpg       teapoy.jpg

Même les mots de teapoy et de piertable apportent leur couleur locale, sans compter le chatoiement des mots de palissandre, de bois de citronnier de Ceylan, et de parquet ciré fleurant l’encaustique ! 

 Je me permets de joindre quelques pièces de mobilier Victorian en illustration. Les bois et les patines sont un délice !

Et c’est donc bien volontiers que je vous avoue avoir cherché sur Internet ce qu’est le gesso, et j’ai été stupéfaite par tout ce que j’y ai appris sur son histoire, sa fabrication et ses emplois. De plus cette technique d’enduit de la Renaissance est pleinement écologique !!! 

Sabine