• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archive pour novembre 2009

VI- Aimer… et mourir

Samedi 28 novembre 2009

6foudre.jpg Aimer…et mourir : un roman d’amour ?

- La fatalité : la passion ne peut se vivre que comme un absolu qui se moque de la morale, de la dignité de l’être aimé, des tabous sociaux, de son caractère déraisonnable et excessif. Elle a ses propres normes, est à elle-même sa propre justification. 

Claire – Lydie – Anne – Christine – Christophe – Laurent -

 L’impuissance : l’évidence de l’impossibilité d’un tel amour, des conséquences dramatiques prévisibles, du malheur qui en résultera n’a aucune prise sur ces êtres dépossédés d’eux-mêmes : leur lucidité semble au contraire les pousser à l’abîme avec une sorte de griserie morbide. 

 Brigitte – Amandine – Elodie – Béatrice – Frédéric – Olivier – Antoine -

La mort : elle authentifie la sincérité de la passion, elle en est la signature incontestable ; elle seule, par son absoluité, est la preuve d’un amour unique, total et éternel. Elle peut être rédemptrice. Tuer ou se donner la mort par amour est ainsi d’une tragique logique. 

Valentine – Véronique – Isabelle – Albane – Thomas – Thierry – Georges

    

V- Amour et sexualité

Samedi 21 novembre 2009

 5coquin.jpg Aimer… et mourir : un roman d’amour ?

- Le désir : ce feu dévorant qui naît d’un regard, d’un attouchement, d’un charme inexpliqué ; qui croît de façon quasi irrépressible ; que la possession peut éteindre ou au contraire embraser de nouveau comme un phénix renaissant de ses cendres, mais qui peut se dissiper comme les bulles d’un champagne ; que trop de pudeur peut tuer mais que la concupiscence peut avilir. 

Constance – Diana – Emilie – Martine – Renaud – Damien – Matthieu – 

- La volupté : l’emportement incontrôlable des sens ; les pulsions érotiques maîtrisées et épurées ou bien poussées jusqu’au dérèglement ; la recherche forcenée du plaisir jusqu’à l’anéantissement des forces ; l’assouvissement bienheureux ou l’abrutissement jusqu’à l’écoeurement ; le rêve d’une fusion illusoire et la révélation d’une solitude inéluctable. 

Inès – Anaïs – Louise – Ingrid – Roland – Alain – Grégoire – Sébastien – Julien – Francis 

- Erotisme et fantasmes : la part d’idéalisation, de mystère, de vénération, et celle de l’instinct, de la bestialité, de la violence ; le rôle caché des images mentales : secrète tromperie mais véritable piment érotique ;  une forme de libération nécessaire des tabous et des refoulements. 

Sabine – Natacha – Hélène – Armelle – Bertrand – Gilles – Fabien – Jean-Philippe – Arnaud – 

IV- Les crises

Samedi 14 novembre 2009

 4difficultdecom.jpg Aimer… et mourir : un roman d’amour ?

- Les scènes : soupapes de sécurité et bienfaisantes réconciliations ? ou bien blessures profondes et cicatrices indélébiles ? Quand atteint-on le point de non-retour ? 

Florence – Elodie – Céline – Aude – Marina – Eric 

- L’infidélité : l’inconstance des hommes et leur facilité à séparer amour et aventure ; où commence l’infidélité : à la drague, au premier regard complice, au premier baiser, à la coucherie, à sa répétition ? faut-il la considérer comme une passade sans grave conséquence ou comme un motif de rupture ? 

Marie-Thérèse – Justine – Géraldine – J-François – Luc – Denis   

 - La réaction : faire celui ou celle qui ne s’est aperçu de rien, n’est-ce pas imiter l’autruche et encourager l’autre à continuer ? Crever l’abcès et attaquer de front, n’est-ce pas aggraver les choses et les rendre irréconciliables ? Se justifier n’apparaît-il pas souvent comme une preuve de culpabilité ? Mais s’offrir comme une victime résignée, n’est-ce pas pousser l’autre à se comporter en bourreau ? 

Ghislaine – Patricia – Françoise – Aude – Bruno – Jérôme – Vincent 

III- Les poisons

Samedi 7 novembre 2009

 3agressivit.jpg Aimer… et mourir : un roman d’amour ?

- La jalousie : avec ses suspicions infondées et ses terribles aveuglements, avec l’engrenage inexorable de ses réactions en chaîne destructrices, avec la fausse lucidité et les divagations de l’imagination, avec les cruautés que l’on fait subir à l’autre et les tortures que l’on s’inflige… 

Catherine – Cécile – Aude – Elisabeth – Marc – Clément – Jean-Pierre 

- L’orgueil : sous les formes de susceptibilité chatouilleuse, de mauvaise foi, de réactions de déni, de refus d’avoir tort ; suivies du cortège habituel des entêtements, des durcissements et des attitudes méprisantes ; à quoi il faut ajouter la pression culpabilisante exercée sur l’autre ou l’écoeurement et la honte  ressentis après coup. 

Valentine – Karine – Sophie – Charlotte – Hubert – Hervé 

- L’agressivité : la perte du sang-froid et la montée de la colère ; la volonté de blesser et de rendre coup pour coup ; l’acharnement impitoyable, la méchanceté vindicative et leur effet de spirale. 

Claudine – Maguy – Sandrine – Christian – Geoffroy – Albert 

II- A l’épreuve du quotidien

Dimanche 1 novembre 2009

 2dispute.jpg Aimer… et mourir : un roman d’amour ?

- La confiance indispensable : les recoins cachés du cœur, les cachotteries et les petits mensonges, les fissures du doute et les réactions d’incrédulité, le besoin d’espérer et de se persuader. 

Odile – Lucie – Chantal – Daniel – Romain 

- Les difficultés de communication : il suffit d’un geste maladroit pour que tout dérape, d’un mot de trop ou mal interprété pour que tout bascule et que le château enchanté s’écroule ; que chacun mette dans le verbe aimer un autre sens ou une autre manière de l’exprimer pour que naissent l’insatisfaction et les récriminations. 

Annie – Viviane – Pierre – J-Claude – Sylvain 

- L’usure du temps : l’habitude émousse les sensations ; la certitude d’une possession à vie endort la vigilance ; les désirs étouffés ou refoulés ressortent et font naître une insatisfaction latente. 

Viviane – Florence – Delphine – Agnès – Pascal – Nicolas