Archive pour juin 2009

Ce je ne sais quoi appelé le charme

Lundi 22 juin 2009

 sduction.jpg

La séduction est de l’ordre du rituel, ai-je lu chez Jean Baudrillard, tandis que le sexe et le désir sont, selon lui, de l’ordre du naturel. De son côté, Sartre fait remarquer que ce même désir est une conduite d’envoûtement. Et tous les Don Juan affirment, comme dans les Lettres de la religieuse portugaise, qu’il faut déployer de l’artifice et chercher avec quelque adresse les moyens d’enflammer. Voilà pour les hommes.

Mais les femmes font entendre un autre son. Ninon de Lenclos, qui s’y connaissait, nous rappelle que rien n’est plus éloigné d’un homme séduisant que celui qui sent son séducteur. Et Madame de Lafayette fait remarquer que les paroles les plus plates d’un homme qui plaît émeuvent bien plus que les déclarations les mieux tournées d’un homme qui ne plaît pas ! Chacun se souvient de l’ingénue de Molière : « D’où vient qu’en peu de mots, il sait se faire aimer ? »

Faut-il en tirer la conclusion que tout est joué d’avance ? Qu’il y faut de part et d’autre une aura et des capteurs adéquats d’où naît une sympathie innée : la théorie des atomes crochus ? Que tout le jeu déployé ensuite ne serait que la confirmation de cette intuition ? Pour les plus méfiants, ils s’essaieront à une mise à l’épreuve d’un tel mouvement spontané qui leur paraîtra quasi irrationnel. Ce à quoi se refuseront les Rodrigue et Chimène qui, en âmes bien nées, se sont reconnus infailliblement ! 

Le blog : une vraie mine !

Jeudi 11 juin 2009

 deusexmachina.jpg

Oui, le blog est vraiment une mine. Grâce à vous, les orpailleurs, j’ai l’impression que tout ce que vous tirez du livre se transforme en pépites. Comment faites-vous pour ne pas épuiser le filon avec 400 commentaires qui sont autant d’analyses fouillées ? D’autant que pendant ce grand mois d’absence, d’autres sont venus s’ajouter, qui attendent d’être « modérés ». J’en ai extrait sept – que je retranscrirai au fil des jours – qui compléteront, avec profondeur, perspicacité et justesse, ce qui a été dit sur la séduction.   

Mais voilà qu’en ouvrant cette galerie aurifère, je viens de tomber sur une mine explosive, non pas anti-personnel, mais pro ! Que de compliments ! L’auteur, qui n’en peut mais, vous laisse libres de vos conclusions, mais l’homme en est gêné parce que, mine de rien, flatté : moi aussi, j’avoue ! 

Je connaissais la télépathie, mais je découvre la télé-séduction : je ne parle pas de cette télé dont d’aucuns ont dénoncé la séduction, à entendre comme celle du serpent de l’Eden. Cependant vos « réflexions » à propos des miroirs sont trop présentes à mon esprit pour que je ne méfie de l’image qui m’est ainsi renvoyée.